• Les racines de mon arbre

Les métiers d'hier et d'aujourd'hui


Dans la généalogie, il existe une approche que j'affectionne particulièrement : celle des métiers d'hier et d'aujourd'hui. Découvrant au fur et à mesure les métiers exercés par mes aïeuls, je me documente sur ces derniers. Je cherche à découvrir leurs origines et leurs histoires, les outils utilisés ainsi que les mots et expressions employés par la profession. La publication de nombreux livres thématiques et l'existence de sites web dédiés à ce sujet, facilitent grandement mes recherches et enrichissent mes connaissances.

Parmi la multitude de métiers exercés par mes aïeux, certains ont disparu tandis que d'autres ont survécu. Certains d'entre-eux restent immortels : boucher, boulanger, épicier, fromager....Par contre, il arrive que certains métiers soient totalement sortis de notre mémoire individuelle ou collective. Heureusement, notre travail de généalogiste et de généablogueur permet de les sortir de l'oubli.

De nos jours, beaucoup de métiers ont la même apparence : une personne assise devant un ordinateur, même si la finalité, le travail accompli diffèrent. A l'époque de nos aïeux, les métiers étaient plus visuels avec une multitude et une variété de gestes propres à chacun d'entre eux. Bien souvent, la transmission des gestes s’effectuaient de père en fils, au sein d'une même famille.


La production des biens de la vie courante, des produits agricoles et autres, ainsi que des services se faisait localement et se consommait par la communauté proche : quartier, village...

L'arrivée de l'électricité conjuguée au développement ferroviaire a permis l'industrialisation de notre pays. Avec elle, beaucoup de "petits" métiers n'ont pas survécu et disparu.


Aujourd'hui, en France, il nous reste quelques traces de ce passé proche. Des musées de la vie rurale, de la vie forestière et de bien d'autres confédérations professionnelles nous permettent de découvrir l'histoire de ces métiers disparus en nous présentant les outils utilisés et les techniques employées. Il arrive que des manifestations culturelles et des animations occasionnelles nous permettent de découvrir tous ces gestes ancestraux dans le cadre de reconstitutions historiques.


18 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout

Le vannier

S’atteler à faire son arbre généalogique consiste à retrouver des noms et prénoms, des dates, des liens de parenté, des lieux, des actes d’état civil et autres documents. En marge de ces recherches, j

Un jour, un arbre naît...

Tout doucement, mais sûrement, ses racines s’enfouissent solidement dans le sol et se multiplient pour consolider son implantation. En marge de cette phase cachée, un arbre pousse à la lumière aussi b

Génération et Sosa

Pratiquer la généalogie nous impose de respecter quelques règles existantes ou personnelles. ​Au fur et à mesure que nos recherches avancent, nous remontons de génération en génération ce qui induit u