Génération et Sosa

 

Pratiquer la généalogie nous impose de respecter quelques règles existantes ou personnelles.

Au fur et à mesure que nos recherches avancent, nous remontons de génération en génération ce qui induit une augmentation, une multiplication du nombre de nos aïeux.

A ce moment-là, il devient nécessaire de classer et numéroter nos aïeux afin de nous repérer plus aisément dans cette hiérarchie familiale.

Le nombre d'ancêtres se multiplie par deux à chaque changement de génération.

Dans le cas d'une généalogie ascendante, il existe une numérotation dite "numérotation Sosa-Stradonitz". L'Allemand Eyzinger Michel l'a inventée en 1590 puis  Jérôme de Sosa et Kerule von Stradonitz l'ont reprise au fil des siècles.

Les principes de la numérotation Sosa restent simples et compréhensibles :

 

- un numéro Sosa par aïeul,

- le numéro 1 s'attribue à la personne à l'origine de l'arbre ascendant,

- son père porte le numéro 2 et sa mère le numéro 3,

- le numéro 4 revient au grand-père paternel, le numéro 5 à la grand-mère paternelle, le numéro 6 au grand-père maternel, le numéro 7 à la grand-mère maternelle...ainsi de suite,

- hormis le personnage central de l'arbre qui prend systématiquement le numéro 1, nous numérotons toujours un homme avec un chiffre pair et une femme avec un chiffre impair,

- le père d'un Sosa prend le numéro de ce dernier multiplié par 2,

- la mère d'un Sosa prend celui de son époux plus 1 (c'est aussi celui du Sosa multiplié par 2 plus 1)

- seuls les ascendants directs obtiennent un numéro Sosa.

Cependant, il arrive qu'un de nos aïeuls apparaissent plusieurs fois dans l'arbre. De ce fait, il porte plusieurs numéros de Sosa. Ce cas particulier s’appelle un implexe  (voir glossaire).

 

 

 

Tableau générationnel

Attribution des numéros de Sosa (4 générations)

Vidéo de présentation - Source : Filae.com